Livre d’Or des Pâques Sanglantes

Mon sire,
Lors d’une récente nuit agitée, je me suis surpris coincé sur un chemin de crête menant à la ville haute, parmi une escouade d’hommes en arme, à la merci d’une troupe vengeresse…
J’étais donc imprégné par l’atmosphère que tu as su recréer…
J’ai apprécié ton récit : le ton, la construction du scénario, la multiplicité des personnages, les références historique et religieuses. Même si j’avoue que j’ai crains avant de débuter ma lecture le recours abusif aux formules usuelles que l’on rattache au Moyen-Age. Que nenni, cela fut bien dosé.
Que puis-je, de ma position d’humble lecteur contemplatif, oser reprocher au narrateur ? Peut-être un certain parti pris en faveur des personnages. Ou a contrario, un procès à charge….Bien sur que Gaudry fut un scélérat, un rapace, un fourbe… Au titre de son action, il ne mérite aucune indulgence. Son œuvre seule suffit à remplir son acte d’accusation. Je perçois toutefois la nuance du narrateur après l’issue fatale, qui nous laisse entrevoir l’inutilité de la violence incontrôlée de la foule. A mon sens, autre moment important, dans le récit. Ce rappel à la complexité de la nature humaine et de l’enchainement des événements me plaît.
Mention spéciale également pour la richesse du vocabulaire utilisé, la palme revenant au « pétulant orifice ». Expression dorénavant gravée dans ma mémoire.
J’espère que tu vas poursuivre ta voie, nous apporter encore plus de descriptions des personnages, des villes et objets, de la vie au Moyen-Age pour nous faire à nouveau voyager dans cet espace.
Mes respects, Thierry le Conteur…
Alard de Courcelles (Bruno A.)

Je suis en train de lire Les Pâques Sanglantes et je le recommande aux amateurs de romans historiques et aux amoureux de la Ville de Laon : c’est bien écrit et l’on se plonge vite dans le Moyen Age. Pour ma part je connais très bien la ville de Laon et me retrouve dans chaque lieu décrit dans ce livre.. Ca donne envie de se balader de nouveau dans cette belle ville médiévale.
Delphine P.

J’ai profité des vacances pour lire ton roman : très sympa ! Avec un vocabulaire riche ce qui est rare et très agréable…
Thomas C.

Lecture terminée, malgré les passages « un peu » sanglants, j’ai beaucoup aimé ce roman. Félicitations pour le gros travail dans la retranscription historique. Étant une romantique invétérée le personnage de Bernard m’a beaucoup plu, j’ai admiré son courage et sa détermination à rendre justice au peuple. De nos jours il nous en faudrait des meneurs comme lui pour éradiquer tous ces privilèges bien mal acquis. Bravo Thierry pour tes connaissances et ton style. J’espère qu’il y aura une suite.
Annie M.

Ce livre représente beaucoup de travail de recherche puis de rédaction… Mais je pense que tu as pris plaisir à le réaliser, comme moi à le lire.
La présentation est superbe et bien dans le ton. Le Moyen -Age est une période que j’affectionne particulièrement. Par contre , quand on termine ton livre , on a envie de changer de religion !!!!
L’église catholique (sans majuscule pour moi ) a commis des crimes odieux à toutes les époques, au nom de Dieu , ce qui est encore pire !
Cathy V.

Je me suis régalé à la lecture de ton dernier ouvrage: ton style est riche sans être ampoulé !
Et puisque ton talent d’écrivain éclate au grand jour, ne pourrais-tu pas envisager de faire un ouvrage de synthèse sur les grands historiens, sur le modèle du “Monde de Sophie”, de Jostein Gaarder, consacré à la Philosophie ?
En tout cas, merci pour ce moment (sans allusion à un autre livre de moins bonne qualité!)
Gilles L.

Bienvenue au moyen âge, dans cette belle ville de Laon : le passage du 21 ème au 12ème siècle (coïncidence : les mêmes chiffres inversés…) est immédiat- Transportée dans cette société médiévale, je me suis « promenée » dans Laon où les images des rues actuelles se sont fondues avec celles des « Pâques Sanglantes »- L’atmosphère sombre que l’on attribue souvent à cette époque est omniprésente : le royaume éclaté, le rôle et l’influence de la religion, les « us et coutumes » de la vie quotidienne.
Comme souffrances physiques, tortures, non respect de la Vie, et autres supplices ne font pas bon ménage avec ma personnalité, ces passages de lecture ont été un peu difficiles : Gaudry, Jean et Willibert ne seront jamais mes amis… le chantage est depuis bien longtemps une arme, alors ne me sont pas sympathiques tous ces maîtres chanteurs, Enguerrand et Thomas en premiers..
Les instants « romantiques » de l’histoire d’amour Bazilie-Bernard me séduisent davantage, tout comme la loyauté d’Hincmar et La volonté d’établir une société plus « juste » .

J’ai aimé ce livre le fond et la forme, et j’attends la suite de « Pour les siècles des siècles »
Annick